Biomasse et biodiversité forestières
  • Les enjeux politiques, économiques et juridiques
  • Quel potentiel de récolte du bois pour quelles utilisations effectives ?
  • Quelle gestion forestière pour récolter plus ?
  • Comment préserver mieux tout en récoltant plus ?
  • L'analyse et le positionnement des acteurs.
  • Elus
  • Chercheurs
  • Gestionnaires et/ou exploitants forestiers
  • Associations
  • Professionnels
46 résultats trouvés
La bioénergie à base de bois : le mensonge vert -- L'impact de la bioénergie à base de bois sur les forêts et les peuples dépendant des forêts
Par : Global Forest Coalition
La récolte de plus en plus fréquente du bois à des fins énergétiques est présentée ici comme très nocive pour les forêts et pour les populations indigènes qui y vivent. Les arbres plantés de façon automatique, contrairement aux arbres poussant naturellement, ont un impact négatif sur la santé des forêts. Par ailleurs, les rémanents forestiers contribuent à la qualité des sols, par opposition à leur récolte qui empêche par exemple à la biodiversité forestière du sol de se renouveler. Le rapport se focalise ici tout d’abord sur la situation de la forêt en Europe suite au développement des plantations et à la dégradation des forêts, à cause de la volonté d’exploiter le bois pour l’énergie. Puis le processus REED mis en place dans les pays du Sud apparaît comme un prétexte pour planter plus d’arbres, qui serviront en finale à produire de l’énergie, et qui, en attendant, ont un impact négatif sur les populations indigènes. Il est enfin ...


De biomasse à… biomascarade -- Pourquoi brûler des arbres à des fins énergétiques menace le climat, les forêts et la population
Par : Greenpeace
"En tentant d’échapper à notre dépendance aux carburants fossiles, les instances publiques se ruent vers de nouvelles sources d’énergie. Au cours de la dernière décennie, une longue liste de matières biologiques – arbres, résidus d’usine, récoltes agricoles, aliments, tourbières, algues, etc., autrement appelées « biomasse » – est ciblée comme sources alternatives de production de chaleur, d’électricité et de biocarburants. Dans un grand pays comme le Canada, où les forêts couvrent plus de 40 % du territoire1, la filière de la biomasse forestière pour l’énergie – ou « bioénergie forestière » prend rapidement de l’expansion. L’utilisation de la biomasse forestière pour la production de chaleur et d’électricité est déjà largement répandue au Canada, aux États-Unis et dans l’Union européenne. Les biocarburants forestiers, c’est à dire l’éthanol cellulosique ou le biocarburant de deuxième génération – font encore face à ...


Pas de modèle unique pour la mobilisation, ni pour la sylviculture
Une interview de Jacques Le Héricy
Le directeur de l’environnement et du développement durable de l’Office national des forêts (ONF) revient sur l’engagement de son organisme dans le protocole d'accord qu’il a signé en octobre 2007 avec la fédération d’associations France Nature Environnement (FNE) et les partenaires amont de la filière bois. Selon lui, la mise en œuvre du « produire plus tout en préservant mieux » est bien en marche à l’ONF. Il s’oppose à tout modèle unique pour la mobilisation des bois et promeut le recourt à une panoplie de techniques sylvicoles pour répondre aux enjeux de protection de la biodiversité.


Bois et forêts de France : nouveaux défis
Par : Jean-Yves Caullet
Une mission de réflexion sur l’avenir de la forêt et de la filière bois a été confiée par le Premier ministre à Jean Yves Caullet, député de l’Yonne, maire d’Avallon, qui a rendu son rapport le 18 juin 2013. Ce rapport s’appuie sur les travaux et l’expérience des différents acteurs de la filière. Il identifie les obstacles et propose des choix stratégiques ainsi que des outils opérationnels pour atteindre les objectifs suivants : relever les défis de la forêt et la filière bois face au changement climatique, face à la transition énergétique, aux enjeux de la biodiversité et au déséquilibre de la balance du commerce extérieur.


La filière bois française : la compétitivité, enjeu du développement durable
Par : Juillot D.
Dominique Juillot revient tout d'abord sur la situation paradoxale dans laquelle se trouve le secteur français de la forêt et du bois. En effet, alors que la ressource est abondante, le commerce extérieur reste déficitaire et les difficultés des entreprises subsistent. Après une présentation des possibilités de convergence entre les exigences de la production de biens marchands et la préservation de l'environnement, le rapport analyse les marchés et les solutions qui permettraient aux entreprises d'être plus compétitives. Les propositions finales sont axées, notamment, sur la création et la structuration formelle de l'interprofession au niveau juridique et financier, une contribution renforcée à la lutte contre l'effet de serre, l'extension des surfaces certifiées, l'aide aux entreprises, une communication importante sur le secteur et le renforcement de la formation et de la recherche.


Construire une société soutenable : quelle production pour quels usages du bois des forêts françaises
Par : Les Amis de la Terre
Le bois est une ressource renouvelable qui, si on n’en récolte pas trop et respecte l’équilibre nécessaire au maintien de la biodiversité et des ressources naturelles, permet de produire de l’énergie à faible coût. Une partie des forêts françaises n’est cependant pas exploitée pour des raisons d’accessibilité et environnementales : environ 15 % de la production biologique des forêts françaises n’est pas mobilisable. Pour la fertilité des sols et pour la biodiversité, il est nécessaire de prendre des mesures par rapport à l’exploitation du bois des forêts. La tendance est au renforcement de l’utilisation du bois comme matériau pour la construction et du bois comme énergie. Il faut donc augmenter la récolte de bois pour certains usages et la réduire pour d’autres, et ainsi éviter de prélever plus que la production biologique. Enfin, l’objectif, pour l’économie forestière, est de réduire les émissions de gaz à effet de serre liées au ...


Produire plus tout en préservant mieux, la forêt privée ne regrette rien !
Une interview de Luc Bouvarel
Luc Bouvarel, le directeur général de la fédération "Forestiers Privés de France" affirme que son organisation est en phase avec l'accord signé lors du Grenelle de l’Environnement (1) et que le contenu du protocole percole doucement dans les régions. Il explique que la forêt privée est bien exploitée là où elle dispose d'un document de gestion. Il juge l'indice de biodiversité potentielle utilisé par les propriétaires comme un outil pertinent pour préserver mieux.


Audition du Ministère de l'Agriculture: Energies renouvelables et développement local : l'intelligence territoriale en action
Par : MAAPRAT (Ministère de l’agriculture, de l’alimentation, de la pêche et de la ruralité et de l'aménagement du territoire)
Annexe XIV, compte rendu des auditions, point numéro 5 (audition du Ministère de l’Agriculture) du rapport d'information du Sénat n° 436 (2005-2006) de MM.Claude Belot et Jean-Marc Juilhard fait au nom de la délégation à l'aménagement du territoireet déposé le 28 juin 2006. Mme Sylvie Alexandre, adjointe au directeur général de la forêt et des affaires rurales (DGFAR) indique tout d'abord que la France dispose de ressources forestières sous-exploitées et que la ressource forestière, aussi abondante soit-elle, doit être utilisée avec rationalité et pertinence, elle souligne que le bois-énergie représente un enjeu essentiel non seulement comme énergie renouvelable, mais aussi en termes d'aménagement du territoire et de développement local, notamment en milieu rural. Mme Ségolène Halley des Fontaines, sous-directrice de la forêt et du bois, évoque les difficultés de structuration de la filière d'approvisionnement et souligne l'importance de disposer d'une ...


La biodiversité forestière perçue comme un défi et une opportunité pour l'adaptation au changement climatique et l'atténuation
Par : Ministère de l'environnement et de la planification de Slovénie
The Informal Meeting of Environment Ministers under the Slovenian EU Presidency will take place from 11 to 13 April 2008 in Brdo, Slovenia. The meeting will focus on biodiversity, biomass and biofuel to underline the need to make progress in deploying criteria for the sustainable use of forest biomass in Europe and to promote forest biodiversity as an important issue in environmental sustainability. Discussion will be dedicated to "forest biodiversity as a challenge and opportunity for climate change adaptation and mitigation". Three mutually connected elements on the meeting agenda will give the ministers the opportunity to discuss criteria for the sustainable energy use of forest biomass: - Impacts of climate change on forest biodiversity and sustainable development, - Bioenergy potential of forests, - Eligible use of the bioenergy potential of forest biomass for second-generation biofuels [résumé extrait du document]


Scénario négaWatt 2011 -- Dossier de synthèse
Par : NégaWatt
Voici rapidement résumé les dix points clés du scénario négaWatt 2011. Il s’agit tout d’abord de mettre en place une politique volontariste de sobriété et d’efficacité énergétique, avec cependant le maintien d’un haut niveau de services énergétiques. Instaurer un recours prioritaire aux énergies renouvelables, une gestion coordonnée des réseaux de gaz, électricité et chaleur afin de répondre à tout moment aux besoins. Il s’agit d’anticiper la fin des « fossiles faciles », œuvrer pour la baisse des émissions de CO2 et la mise en place d’un système énergétique français décarboné malgré l’arrêt de toute production d’électricité nucléaire. Il faut avoir pour objectif la limitation de la hausse moyenne de la température sur Terre ; un scénario énergétique équilibré sur l’usage des sols et l’agriculture et enfin, donner l’image d’une France autonome et qui prône la démocratie énergétique, crée des emplois durables et ...


10 questions, 10 réponses sur la gestion durable des forêts publiques
Par : ONF (Office National des Forêts)
Pour suivre les travaux du Grenelle de l'environnement et des Assises de la forêt, l’ONF, la fédération France Nature Environnement, la FNCofor et Forestiers Privés de France ont signé, en 2007, un accord intitulé « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ». Ce double objectif a suscité des interrogations auxquelles l'ONF apporte ici ses réponses. La préservation renforcée de la biodiversité et la production accrue de bois, comme éco-matériau et source d’énergie renouvelable, sont au coeur des choix stratégiques de l’ONF pour la gestion durable et multifonctionnelle des forêts domaniales. A travers 10 questions, cette fiche permet d’avoir un aperçu des conditions et de l’impact de la récolte de bois dans les forêts, des tenants et aboutissants du « produire plus » (situation des gros arbres, zones de prélèvements…) et de la gestion durable permettant le maintien de la biodiversité.


L’ONF étend son offre bois énergie pour les particuliers
Par : ONF (Office National des Forêts)
Avec l’entrée de ONF Participations (filiale de l’ONF) au capital de la société Barraquand SAS, pour la commercialisation de bois bûches auprès des particuliers, en région Rhône-Alpes, l’ONF entend bien étendre son offre bois-énergie pour les particuliers. L’ONF développe ainsi son réseau bois-énergie et Barraquand SAS est une garantie d’un approvisionnement durable et de qualité. L’ONF s’appuie sur des entreprises de confiance et sa filiale ONF Energie, créée en 2006, se démarque désormais sur le marché du bois énergie. Au service des particuliers, les granulés bois et le bois bûche caractérisent la ressource en biomasse bois que l’ONF peut garantir. La plaquette forestière est quant à elle utilisée au service des collectivités et des industriels. Pour définir le bois énergie, l’auteur fait référence à un combustible disponible, économique et propre, à un « allié pour la sylviculture », générateur d’emplois. Un point est ...


Mobiliser les propriétaires pour mobiliser les bois
Par : Pompougnac C.
Une enquête (en 2010) sur les attentes et motivations des propriétaires forestiers de la région Centre permet de mieux comprendre les freins ou générateurs de décision de gestion forestière. La protection de la nature, la chasse, la transmission du patrimoine, le maintien d’un beau paysage sont les centres d’intérêt les plus courants, bien avant la sylviculture et la production de bois. Rétablir un climat de confiance, adapter les messages à une population excessivement hétérogène sont les axes de communication recommandés pour améliorer la mobilisation de bois.


Position des parties prenantes sur la politique forestière en Finlande
Par : Rantala T.
We have investigated value arguments concerning forest policy in Finland and reflected on their prevalence in an international context. The arguments of the organised stakeholders of current forest policy are analysed using semi-structured interview data and secondary material. We have categorised these arguments, and based on them, constructed value positions. The explorative rhetoric analysis reveals shared as well as conflicting values and beliefs. We have identified two dominating value positions: forestry position and nature position. The recognised core values include utility, property rights and value of nature, the utility dominating the policy discussion scene. A principal feature of the polarised policy field is a lack of trust. In addition to the polarisation, there is also a broad common ground in positions towards traditional rights of ownership and access to forests as well as on citizens’ rights to influence forest policy. In order to gain more influence in forest ...


Préparer les forêts françaises au changement climatique
Par : Roman-Amat B.
Le présent rapport rédigé par M. Bernard Roman-Amat à la demande de MM. les ministres de l'agriculture et de la pêche et de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables, a pour objet de réaliser un bilan des connaissances et un état des lieux de la gestion des forêts françaises face au changement climatique. Il doit proposer un programme d'actions qui permette au gouvernement d'anticiper ces évolutions et d'adapter en conséquence les politiques en faveur de la biodiversité, de la gestion de l'espace, de la production de bois, d'énergie et de fixation de carbone.


Tempête, bois-énergie et effet de serre
Par : Roy C.
Sont évoquées les tempêtes de 1999 et leurs malheureuses conséquences en ce qui concerne les forêts françaises et la production de bois qui en découle. En effet, le gouvernement français a dû prendre les choses en main afin de minimiser les coûts de cet incident. Il s’agissait en fait de développer l’industrie française de la trituration et la filière bois-énergie, afin de traiter les chablis et les rémanents. Claude Roy revient sur le programme bois-énergie lancé par l’ADEME en 1999 sur la filière bois-énergie qui s’est transformé en 2000 en plan d’urgence bois-énergie. Enfin, l’auteur se penche sur la réduction d’émissions de gaz à effet de serre qu’engendrent les activités liées au bois-énergie.


S’engager pour une forêt de production moderne et responsable
Par : Semences forestières améliorées GIE
Si la France souhaite une filière bois compétitive, modernisée et responsable, en mesure de relever les enjeux liés notamment au bois énergie et à la construction bois, elle doit s’engager en faveur d’une forêt de production et développer la plantation de résineux. Le feuillu restera le socle de la forêt française, cependant les nouveaux marchés sont tournés vers le résineux, et les usages de feuillus et de résineux ne sont pas interchangeables. La reconquête du marché des feuillus actuellement développée doit donc être complémentaire à une action menée en faveur des résineux. Selon les prévisions, l’industrie du bois manquera de ressources d’ici 2030, un déficit qu’il est encore possible de corriger pour les années 2050, grâce à une reprise très rapide des plantations de résineux. Différents témoignages sont évoqués (Fédération Nationale Entrepreneurs Des Territoires FNEDT, Coopération Forestière Bourgogne Limousin CFBL, un ...


De l'urgence de réinvestir la forêt -- Une gestion de la forêt française en contradiction avec les objectifs du Grenelle de l'environnement
Par : Semences forestières améliorées GIE
Les professionnels de la filière bois tirent le signal d’alarme : la politique forestière actuellement en vigueur en France, favorable à la régénération naturelle, est d’ores et déjà insuffisante pour assurer, en volume et qualité, la ressource bois nécessaire aux besoins de l’industrie française. Or, malgré sa troisième place européenne en surface, la forêt française fait preuve actuellement d’une productivité médiocre et bénéficie d’investissements qui sont parmi les plus faibles du continent. L’avenir de la forêt française est en jeu. D’où l’importance de réinvestir cet espace à travers un véritable projet au sein duquel l’investissement productif aura toute sa place, et de permettre ainsi à la filière bois française d’avoir les moyens de ses ambitions.


Utilisation de la biomasse forestière -- Enquête préalable à une plateforme nationale - Synthèse au 30/04/2010
Par : Simon E.
Eloïse Simon (chargée de mission Forêt à France Nature Environnement) nous fait part des réactions des associations face aux projets liés bois-énergie. la question du bois énergie est une source de questionnements pour ces dernières. La réaction dominante est une inquiétude sur le développement « à tout va » d’une telle filière. Les ressources véritables restent dans l’ensemble assez méconnues. La question du « bilan carbone » est évoquée (transport de la biomasse). Les associations retiennent des priorités de travail, telles que l’élaboration d’un cahier des charges pour la récolte et l’utilisation de la biomasse forestière dans les projets énergétiques ainsi que la création d’une plateforme fédérale sur la biomasse énergétique. Les associations sont unanimes à penser qu’un outil de certification durable pour la gestion, la récolte et l’utilisation doit être mis en place. Les inquiétudes concernent la protection des sols et leur ...


Le bois énergie : Enjeux, perspectives et risques
Par : SNUPFEN (Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l'Espace Naturel)
Le SNUPFEN (Syndicat National Unifié des Personnels des Forêts et de l’Espace Naturel) analyse et critique la politique énergétique de la France, notamment en ce qui concerne le bois-énergie, qui n’est pas selon lui un combustible vraiment « propre » et sans impact sur l’environnement. Le SNUPFEN s’interroge également sur la production d’électricité à partir du bois car elle peut être source de déstabilisation de la filière bois/forêt et à terme source de gaspillage de bois ; le fonctionnement même des installations électriques nécessitera un fort approvisionnement en combustible. Puis les critiques et les limites du bois-énergie sont abordées, à commencer par les « limites physiques » (le volume de bois disponible pour le bois-énergie est estimé différemment selon les instances), les bilans CO2 sols et peuplements, les impacts sylvicoles négatifs et la mauvaise idée que représente la création de la filiale ONF Bois Energie. Une quatrième ...



Ma boite de dialogue
GIP-Ecofor ©  |  Nous contacter  |  Alerte mail