Biomasse et biodiversité forestières
  • Les enjeux politiques, économiques et juridiques
  • Quel potentiel de récolte du bois pour quelles utilisations effectives ?
  • Quelle gestion forestière pour récolter plus ?
  • Comment préserver mieux tout en récoltant plus ?
  • L'analyse et le positionnement des acteurs.
  • Elus
  • Chercheurs
  • Gestionnaires et/ou exploitants forestiers
  • Associations
  • Professionnels
46 résultats trouvés
La Forêt : une chance pour la France : rapport au Premier ministre
Par : Bianco J.-L.
Ce rapport est divisé en chapitres courts qui analysent point par point les caractéristiques et les enjeux principaux de la forêt (gestion de l'espace naturel, économie de la filière-bois, développement des activités emplois et loisirs...). Les recommandations sont résumées en début de rapport et s'articulent notamment autour des axes suivants : - améliorer la productivité dans tous les maillons de la filière forestière pour sauvegarder ou développer l'emploi, - développer l'usage du bois comme source d'énergie, - développer de manière maîtrisée l'offre de loisirs en forêt, - protéger les forêts contre l'incendie, - développer la recherche forestière.


La valorisation de la biomasse en Normandie -- Biomasse Normandie: acteur du développement du bois-énergie en Normandie
Par : Biomasse Normandie
Il s'agit d'un dossier remis aux participants à la journée d'information sur la biomasse en Normandie organisée par Biomasse Normandie à l'Université de Caen à l'occasion de son 25ème anniversaire. Il contient les supports de présentation des trois intervenants de la matinée. Tout d'abord, on a un focus sur les grandes étapes du développement du bois-énergie (historique) ; ensuite, la seconde présentation est centrée sur "les objectifs toujours plus ambitieux en Normandie". Enfin, la matinée se conclut par une intervention intitulée "Diversifier la mobilisation des ressources pour pérenniser le développement".


Audit de la forêt privée sur la première mise en marché des bois
Par : Bourcet J.
Une meilleure valorisation de la ressource bois, insuffisamment exploitée, est un des objectifs de la politique forestière du gouvernement. La forêt privée, largement majoritaire, doit mieux organiser son offre de bois. Ce rapport fait l'état de la situation de la sylviculture, (la gestion de 25 % de la surface de la forêt privée est connue grâce aux Plans Simples de Gestion). Il étudie les freins à la mobilisation (morcellement de la propriété, hétérogénéité des peuplements et des espèces, difficulté d'accessibilité). Il estime que le prix de l'énergie est une nouvelle donne pour le bois. Il propose de favoriser le regroupement de l'offre à court terme et de lutter contre le morcellement grâce à la fiscalité, d'impliquer les collectivités pour améliorer l'accessibilité et d'organiser le marché du bois. On trouve de nombreuses annexes, notamment sur l'imposition foncière, le plan simple de gestion, des articles du code des impôts.


Mémoire du Centre d’étude de la forêt présenté au Ministère des Ressources naturelles et de la Faune, dans le cadre de la consultation sur le Livre vert
Par : CEF (Centre d'Etude de la Forêt)
Le dépôt du livre vert « La forêt, pour construire le Québec de demain » répond à un réel besoin de moderniser le régime forestier actuel. Il propose une série de mesures des plus intéressantes pour répondre aux diverses attentes de la société envers notre forêt qui couvre plus de 50% du territoire québécois. Le présent mémoire discute brièvement de différents éléments présentés dans le livre vert qui nous apparaissent les plus prometteurs et/ou problématiques, selon notre expertise en écologie et biologie forestière, et il fournit une brève analyse pour chacun d’eux. Il est basé sur l’état actuel des connaissances scientifiques en écologie, biologie et foresterie et il n’implique que les signataires, tous membres du Centre d’Étude de la Forêt (CEF). Plus spécifiquement, ce mémoire fait état de nos connaissances sur les avantages, risques et appréhensions que font ressortir les divers éléments du livre vert sur le maintien de la ...


La confédération des propriétaires forestiers (CEPF) répond à la consultation de la Direction Générale de l'Energie et des Transports (DG TREN) sur les biocarburants
Par : CEPF (Confederation of European Forest Owners)
Document présenté sous forme de questions réponses entre la confédération des propriétaires forestiers (CEPF) et la direction générale de l’énergie et des transports (DG TREN) à Bruxelles le 18 juin 2007 sur les biocarburants de seconde génération, leur opportunité, leur impact sur la biodiversité… dans le cadre de la nouvelle législation sur la promotion des énergies renouvelables lancée par DG TREN.


Les forestiers ne lâchent rien
Par : Chartrain O.
"Vague de suicides, perte de sens du métier : le malaise s'aggrave à l'Office national des Forêts. Les agents refusent la course à la productivité qui met en danger la forêt elle-même." [Résumé extrait du document].


La valorisation de la forêt française
Par : Conseil économique, social et environnemental (CESE)
"Malgré le formidable potentiel de la forêt française en termes d’étendue, de diversité, de richesses des milieux naturels et d’activités économiques, la filière forêt-bois nationale est confrontée à de grandes difficultés qui se traduisent notamment par un fort déficit de sa balance commerciale et un manque d’attractivité des métiers. De plus, elle va devoir faire face à une demande de bois de plus en plus importante et aux conséquences du changement climatique, qui constituent des défis supplémentaires à relever. Pour y parvenir, le CESE propose un ensemble de préconisations visant à mieux valoriser la forêt, tant par la production de bois que par la préservation des écosytèmes et l’accueil du public, à redynamiser la filière." [Extrait de l'avis]


Document sur la question de la biomasse ligneuse
Par : Davis C.
L’association « Rural Voices for Conservation Coalition » qui est à l’origine de ce papier est une organisation qui tente d’apporter des réponses aux problèmes écologiques et économiques auxquels est confronté l’Ouest des Etats-Unis. Des recommandations dites « clé » sont énoncées. Puis on a le point de vue de l’association sur l’utilisation de la biomasse forestière des terres publiques et la gestion forestière en général, tout en respectant l’environnement . Pour mettre en place leurs principes, les membres de l’organisation ont besoin du soutien de politiques fédérales, de programmes et d’investissements. Or les stratégies et politiques existantes dans le domaine de la biomasse ne sont pas satisfaisantes. Il faut donc développer une stratégie, avec 5 directives principales, afin de soutenir les industries liées à la biomasse forestière, et à l’échelle de la communauté. Cette stratégie est définie à la fin du document.


La biomasse : quelles solutions concrètes? -- Résumé du colloque du mardi 22 janvier 2008 au palais du Luxembourg
Par : Ecologie radicale
L’association Ecologie radicale, présidée par Françoise DUTHEIL, a tenu mardi 22 janvier au Sénat un colloque sur le thème « La biomasse : quelles solutions concrètes ? » qui a permis de faire un point sur les interrogations et les espoirs suscités par cette ressource énergétique. Un débat d’une grande qualité a ainsi réuni des intervenants qui l’étaient tout autant : Claude ROY (coordinateur interministériel pour la valorisation de la biomasse), Dominique BIDOU (président fondateur de l’association de normalisation HQE), Michèle PAPPALARDO (ancienne présidente de l’ADEME), François LOOS (ancien ministre de l’Industrie, député du Bas-Rhin), Eric ALLAIN (directeur général adjoint des politiques économique, européenne et internationale au sein du ministère de l’Agriculture), Dominique DRON (conseillère spéciale pour le Grenelle de l’Environnement auprès de Jean-Louis BORLOO) ou encore Pierre DUCRAY (France Biomasse Energie) et Pascal FOY ...


Avis du Comité scientifique de l'AEE sur la comptabilité des gaz à effet de serre en relation avec la bioénergie
Par : European Environment Agency Scientific Committee
" Important international and European efforts are under way to account for and reduce greenhouse gas (GHG) emissions and to increase the use of renewable energy. Several European Union energy directives encourage a switch from fossil fuels to renewable energy derived from plant biomass based on the premise that biomass combustion, regardless of the source of the biomass, would not result in carbon accumulation in the atmosphere. This mistaken assumption results in a serious accounting error.[...]" [Extrait du document].


Le développement du bois-énergie en Normandie et ses conséquences sur le prix des combustibles
Par : Fleury M.
En Normandie, le développement du chauffage collectif au bois a débuté au milieu des années 90 et n'a réellement pris son essor qu'au milieu des années 2000. Dans le même temps, les usages énergétiques dans l’industrie, hors entreprises du bois, sont restés quasiment inexistants. Cette situation, appelée à changer, suscite de la part des responsables politiques, maîtres d’ouvrage et usagers, des interrogations auxquelles il convient de répondre : - Quelle sera la progression des usages du bois au cours des prochaines années, considérant que la consommation des sciages et du bois-énergie augmente tandis que celle du bois de trituration diminue (arrêt des achats de M. REAL en 2009) ? - Cette situation introduira-t-elle des tensions sur le marché des ressources ligneuses et une évolution à la hausse du prix des matières premières et, par voie de conséquence, du prix des combustibles bois ? - Comment faut-il accompagner ces évolutions pour garantir la ...


Charte bois-énergie de la Fédération nationale des Communes forestières
Par : FNCOFOR (Fédération nationale des Communes forestières)
La Fédération nationale des Communes forestières s’est prononcée très tôt en faveur du développement du bois énergie. Cependant l’utilisation du bois pour répondre aux besoins énergétiques n’est pas une fin en soi et doit s’inscrire dans la gestion durable des forêts. Les élus en charge du développement économique local sont légitimes pour orienter la destination de la ressource et arbitrer les conflits d’usage. Les deux priorités que se fixent les Communes forestières en matière de bois-énergie sont énoncées dans cette charte. Puis la Fédération nationale des Communes forestières s’engage, en ce qui concerne les produits du bois destinés à des fins énergétiques, sur certains points essentiels (actions de mobilisation de la ressource, regroupement de l’offre dans le cadre territorial, travail d’animation et aide à la maîtrise d’ouvrage, plans pluriannuels locaux de développement du bois-énergie). La Fédération Nationale des Communes ...


Bois énergie : une matière première renouvelable mais pas inépuisable
Par : FNE (France Nature Environnement)
Le ministère en charge de l’écologie a présenté vendredi dernier le résultat de l’appel d’offre lancé il y un an par la Commission de Régulation de l’Energie (CRE). 32 nouveaux projets d’unités de cogénération alimentées par la biomasse ont été retenus pour une puissance totale de 266 MW. Un nouvel appel à projet devrait être lancé dans la foulée. Réaction de FNE.


Gros et très gros bois en forêt : réflexion sur l'adaptation de la filière sylvicole
Par : FNE (France Nature Environnement)
Lors des Assises de la Forêt, la réflexion sur les gros bois a donné lieu à des échanges que FNE souhaite poursuivre en donnant une vision multifonctionnelle et territoriale de la gestion forestière. Les forêts, par la photosynthèse et le stockage du carbone, exercent un rôle important sur le cycle du carbone et représentent donc un outil efficient pour le contrôle du CO2 atmosphérique. Les gros et très gros bois présentent un intérêt pour la biodiversité forestière, mais aussi face aux changements climatiques en assurant un stockage de carbone dans des produits transformés à très longue durée de vie. De plus, la production de gros bois assure l’essentiel des revenus des forêts et, pour les bois de qualité, la plus-value apportée par le diamètre peut être très importante.


Forêt : produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité -- Une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts
Par : FNE (France Nature Environnement)
Réuni le 4 septembre 2007 dans le cadre d’une contribution commune au Grenelle de l’environnement, le groupe N° 2 fait un constat: dans une perspective de développement durable, le bois apparaît comme une solution toute trouvée dans la lutte contre l’effet de serre. Mais cela implique un certain nombre de paramètres à respecter : l’optimisation des ressources et de la récolte et le respect de la biodiversité. Enfin, des propositions sont avancées et concernent la biodiversité (Natura 2000, aires protégées…), la valorisation des usages du bois (approche territoriale, certification, bilan énergétique…), le bois-énergie, le bois-matériau (construction), les services environnementaux (eau potable, services écosystémiques…) et la concertation (intégrer la société civile au niveau national, régional et territorial).


Les rémanents forestiers : ressource économique mais surtout éléments essentiels à la pérennité forestière
Par : FNE (France Nature Environnement)
Après une définition des rémanents, FNE met l’accent sur le fait que ces déchets de bois sont une source d’énergie et, par conséquent, vont être exploités. Or cette gestion forestière va conduire à un appauvrissement des sols et à l’érosion de la biodiversité. FNE souligne que cette exploitation est d’ailleurs contreproductive dans la mesure où les rémanents présentent un pouvoir calorifique très faible et représentent la partie du sol la plus riche en éléments minéraux. Cela est donc contraire aux objectifs de développement durable énoncés par le Grenelle. Le bois raméal fragmenté (BRF) apparaît cependant comme une solution car l’apport de ces copeaux de bois aux sols leur rend la fertilité qu’ils perdent lors de l’exploitation ; cependant, cela nécessite d’en avoir suffisamment pour contrebalancer l’extraction des rémanents de la forêt.


Echanges, coordination, promotion des intérêts communs des filières de valorisation énergétique de la biomasse
Par : France Biomasse Energie
Il s’agit d’exploiter au mieux la valorisation énergétique de la biomasse : projets, acteurs et ressources dans le domaine doivent s’interconnecter pour établir la meilleure synergie possible. Les auteurs du texte avancent par ailleurs que, dans ce domaine, il n’existe pas de « lieu de rencontres et de propositions », ce qui est déplorable selon eux. France Biomasse Energie se propose donc d’être une sorte de consortium rassemblant des acteurs touchés par les mêmes problématiques relatives à la biomasse et à sa valorisation (électricité, chaleur, biocarburants, biogaz). Sont ensuite énoncés les principaux objectifs fixés par l’assemblée constitutive de cette association, cette dernière envisageant très certainement de faire des partenariats avec des organisations professionnelles du secteur. France Biomasse Energie souhaite adhérer au SER (Syndicat des Energies Renouvelables) car elle entend bien apporter sa pierre à l’édifice. Par ailleurs le ...


« Préserver mieux pour produire plus »
Une interview de François Lefèvre
Militant naturaliste de longue date, François Lefèvre est depuis 6 ans le pilote (bénévole) du réseau forêt au sein de France nature environnement (FNE). Il explique pourquoi cette fédération d'associations de protection de la nature a signé en 2007, lors du Grenelle de l’environnement, le protocole « produire plus tout en préservant mieux » et analyse les prolongements de cet accord. Il développe également les attentes de FNE vis à vis de la communauté scientifique.


Les normes de durabilité pour la bioénergie
Par : Fritsche U.E.
Cette étude a été commandée par le WWF d’Allemagne de l’Institut d’Ecologie Appliquée afin de donner un aperçu des impacts clés écologiques et sociaux des programmes relatifs aux biocarburants, et elle s’attarde sur une série de normes destinées à assurer la durabilité. La section 2.1 du chapitre 2 traite de l’occupation des sols, de la disponibilité des sols, et des conflits liés à l’utilisation des sols. Bien que ce document soit façonné davantage en faveur des entreprises de biocarburants elles-mêmes, une annexe de sources, études, et normes pertinents sur les programmes liés aux biocarburants est incluse et peut fournir des informations plus complètes.


Avis de PRO SILVA FRANCE sur l'augmentation de la récolte de bois en France et sur la gestion des risques induits par les changements climatiques
Par : Givors A.
Pro Silva France est favorable à l’augmentation de la récolte de bois en France sous certaines conditions. Cette mobilisation doit pouvoir avoir lieu grâce à l’amélioration de la desserte, l’amélioration des marchés et des débouchés rentables, le recrutement et la formation de personnel de gestion de proximité et d’exploitation. Cependant l’association émet des réserves quant à la mobilisation de gros volumes de bois à cause notamment de la nécessaire augmentation générale des volumes producteurs et de leur qualité. Selon Pro Silva France, la meilleure gestion des risques induits par le changement climatique passe par la pratique de la sylviculture irrégulière.



Ma boite de dialogue
GIP-Ecofor ©  |  Nous contacter  |  Alerte mail