Biomasse et biodiversité forestières
  • Les enjeux politiques, économiques et juridiques
  • Quel potentiel de récolte du bois pour quelles utilisations effectives ?
  • Quelle gestion forestière pour récolter plus ?
  • Comment préserver mieux tout en récoltant plus ?
  • L'analyse et le positionnement des acteurs.
  • Pourquoi préserver mieux ?
  • Quelles relations entre « récolter plus » et « préserver mieux » ?
  • Comment préserver mieux ?
82 résultats trouvés
Relations entre les pratiques de préservation de la biodiversité forestière et la productivité, la résistance et la résilience : Etat des connaissances en forêt tempérée européenne
Par : Paillet Y.
"À l’origine de cette recherche bibliographique, il y a la question de l’utilité de la biodiversité, souvent posée par les gestionnaires forestiers. Confrontés à des exigences sociétales et économiques, les forestiers doivent aujourd’hui mettre en œuvre des mesures de conservation de la biodiversité sans pour autant mettre en péril leur outil de production. Cet article est centré sur les forêts tempérées européennes. C’est un état des connaissances des bénéfices de la mise en œuvre de deux types de pratiques forestières en faveur de la biodiversité sur le fonctionnement de l’écosystème (productivité, résistance, résilience) : (i) le maintien de peuplements à composition diversifiée en essences et (ii) le maintien de bois mort. Même si les bases théoriques et empiriques des relations entre biodiversité et fonctionnement de l’écosystème sont bien documentées, les références concernant la forêt restent rares. Cela est dû principalement ...


Annexe A: Les grands types de sylviculture
Par : PEFC Belgium
Au sein du guide pratique pour la gestion durable des forêts certifiées PEFC en région wallonne, l’annexe A traite des grands types de sylviculture, à savoir la sylviculture régulière, la sylviculture irrégulière, la sylviculture dynamique et la sylviculture Pro Silva. Chacune est définie et détaillée. Des recommandations sont énoncées pour chaque type de sylviculture.


Evaluer les impacts environnementaux de la production de bioénergie agricole en Europe
Par : Petersen J.-E.
Une introduction sur l’Agence environnementale de l’environnement (EEA), dont fait partie l’auteur, est suivie de la répartition européenne des différentes énergies en 2003. Puis suivent les objectifs politiques européens pour 2010, dont celui du 12% d’énergies renouvelables. Toujours à l’échelle européenne, on distingue des pressions agricoles sur l’environnement (érosion du sol, ressources en eau, biodiversité…) tandis que le projet de l’EEA est de produire de la biomasse sans nuire à l’environnement. Les risques de la bioénergie agricole sont listés (intensification, perte de biodiversité…) et il existe un réel potentiel bioénergétique agricole (augmentation des rendements, cultures plus productives…). Le traitement des déchets forestiers et de la biomasse ligneuse vont dans le sens d’un meilleur respect de l’environnement ; la question étant : comment utiliser ce potentiel ? En conclusion, la politique bioénergétique devrait inclure ...


Pour une gestion forestière et une filière forêt-bois multifonctionnelles économiquement efficaces, écologiquement viables, socialement acceptables
Par : Peyron J.-L.
"Le 13 juillet 2012, les ministères en charge du développement durable et de l'agriculture, nous ont confié une mission aux fins d'évaluer la contribution de la filière bois forêt au cycle du carbone, (flux et stocks des sols, peuplements, produits en bois), à la biodiversité, à la robustesse du système forestier et à la multifonctionnalité, en fonction des stratégies de sylviculture et des usages des bois (matériau, industrie, énergie) qui en sont issus, ainsi que les résultats technico-économiques associés." [Extrait du document].


Biodiversité animale du sol et gestion forestière
Par : Ponge J.-F.
L’auteur montre dans ce dossier comment s’explique la coexistence d'un aussi grand nombre d'espèces dans le sol, comment matière et énergie y circulent le long de réseaux trophiques, pourquoi la biodiversité animale du sol explique la bonne santé de nos forêts, et comment on peut en tirer des leçons pour les gérer durablement. En effet, sous nos pieds grouille un univers riche de plusieurs centaines d’espèces animales (au décimètre carré), dont l’importance est fondamentale pour le maintien de la vie sur notre planète: recyclage de la matière organique, création de la structure du sol, régulation, dissémination et stimulation des communautés microbiennes (bactéries, champignons), telles sont les fonctions principales dévolues aux invertébrés du sol, toutes essentielles pour le maintien de la fertilité du sol et donc de la biodiversité. Une gestion durable de la forêt va donc devoir prendre en compte un certain nombre de spécificités liées à la ...


Pour une forêt continue, proche de la nature et multifonctionnelle : manifeste pour des forêts naturelles de production -- Réponse de Pro Silva France au Manifeste en faveur des forêts de plantation (Alliance Forêts-Bois, janvier 2012)
Par : Pro Silva France
"L'Alliance Forêts-Bois a publié en janvier 2012 un Manifeste en faveur des forêts de plantation. PRO SILVA FRANCE reconnaît le bien-fondé de beaucoup d’affirmations exprimées dans ce texte. Mais elle souhaite réagir et informer les responsables forestiers français et l’opinion publique sur certaines prises de position de ce Manifeste qui sont parfois mal fondées, et qui à tout le moins ne répondent pas aux demandes multiples adressées aux espaces forestiers français par nos concitoyens. PRO SILVA FRANCE voudrait ainsi montrer qu'une gestion forestière basée sur la continuité des peuplements et inspirée par la forêt naturelle est en mesure d'obtenir la multifonctionnalité la plus complète, en répondant aux objectifs économiques et sociaux de notre pays.[...]". [Extrait du document]


Effets prévisibles de l'intensification de la production et des récoltes sur la fertilité des sols de forêt -- Les effets de la sylviculture
Par : Ranger J.
Après avoir défini le fonctionnement de l'écosystème dans un premier article consacré au cycle biologique (Ranger et Bonneau, 1984), les auteurs en donnent une application à la gestion de la fertilité minérale des sols forestiers. Cet article traite en effet du phénomène d'exportation, c'est-à-dire sur la quantité de bioéléments stockés dans une partie quelconque de l'arbre, qui quitte l'écosystème forestier du fait de l'exploitation de la forêt. Cette connaissance est indispensable pour prévoir l'évolution de la fertilité minérale du sol. Elle dépend de plusieurs facteurs dont l’espèce cultivée, l’intensité de la production et des récoltes, la matière organique, les engins utilisés pour l’exploitation… Des calculs sont faits de la consommation d’azote, de phosphore, de potassium et de calcium pour une tonne de bois. Des calculs sont faits également sur le type de récolte (branches, feuilles, troncs, écorce, aiguilles) selon l’espèce ...


Impacts de prélèvements accrus de biomasse sur les sols forestiers (Chapitre 10 de l'étude BIO 2 Biomasse et biodiversité forestières)
Par : Ranger J.
A la demande du ministère de l’écologie, cette étude a été réalisée dans le but de faire un état de l’art des relations entre biomasse forestière et biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre de l’accord de 2007 (Grenelle de l’environnement) entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ». L’objectif de l’étude est de faire émerger les conséquences d’une utilisation accrue de biomasse forestière sur la biodiversité forestière et les ressources naturelles à court et moyen terme (2030-2050). La gestion forestière et l’exploitation du bois induisent forcément des conséquences néfastes pour les sols et ce qu’ils abritent (matières ...


Valorisation de la biomasse forestière : enjeux et priorités
Par : Roy C.
La biomasse c’est très compliqué et très simple à la fois. Très simple, parce qu’avec l’eau et le vent, elle a fondé 3 millions d’années de développement prudent et raisonné de l’espèce humaine. Très compliquée, parce que, précisément, la biomasse embrasse cinq grands types de ressources (déchets organiques, déchets lignocellulosiques, bois, cultures et sylviculture “plante entière”, cultures spécifiques à graines et tubercules) et huit grands types de valorisations connues (amendements organiques des sols, alimentation, matériaux et produits, néopolymères et composites, néo-chimie, biocarburants, chaleur, électricité, etc.). Demain, comme au XIXe siècle, un tiers peut-être du potentiel agricole et forestier sera tourné vers ces nouveaux marchés, et ces nouveaux clients (l’énergie, les matériaux, les molécules). Il faudra en effet nourrir 9 milliards de terriens en développement et pallier simultanément l’épuisement des ressources ...


La croissance des récoltes de bois ne nuit pas à l’environnement -- La forêt française préserve son avenir
Par : SCEES (Service Central des Enquêtes et Études Statistiques du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation, de la Pêche et des Affaires rurales)
Portrait de la forêt française (élaboré à partir de contributions publiées dans le GraphAgri 2006 sur la forêt et les industries du bois) qui conjugue essor de ses surfaces et développement durable. La forêt capte des gaz à effet de serre, économise des énergies fossiles et accueille les citadins, tout en s’attachant à respecter la biodiversité qui passe en premier lieu par la préservation de la variété des peuplements. L’utilisation du bois de chauffage pourrait augmenter grâce à une meilleure gestion forestière et une redistribution des parcelles.


Le potentiel du bois-énergie de réduire les émissions de gaz à effet de serre en Europe
Par : Schwaiger H.
The project FEEDS (Fuelwood in Europe for Environment and Development Strategies) has been carried out to analyze possibilities of increasing fuelwood use for five selected European countries in the year 2020, considering environmental, technical and socio-economic aspects. In this paper the effects of increased use of fuelwood on emissions of greenhouse gases (GHG) such as CO2, CH4 and N2O, are presented. Achievable emission reductions in Sweden range from 6.9 to 17.2 Mt CO2 equivalents, which is equivalent to 12 and 30% of total energy-related GHG emissions in 1995. In Finland a reduction between 5.0 and 10.5 Mt (9 and 18%) is seen to be possible. For France (8.6 and 13.6 Mt; 2 and 4%), Austria (3.7 and 6.2 Mt; 6 and 10%) and Portugal (1.8 and 2.4 Mt; 4 and 6%), relative emission reductions are lower, because of the usable fuelwood potential, but also the market potential in various sectors of the economy are lower. Greatest emission reductions in 2020 are expected in the sectors ...


Des gros bois épars pour la biodiversité
Par : Simon E.
La conservation des gros et vieux bois en forêt est nécessaire pour le maintien de la biodiversité et la pérennité des écosystèmes. Mais on observe que les plus gros diamètres et les stades ultimes de végétation sont souvent absents des forêts de production. Les sylvicultures irrégulières, par leur approche par arbre et non par peuplement, présentent un intérêt fort pour la production de gros bois intéressants pour la biodiversité.


Plan d’action sur la biomasse forestière : terrain glissant pour l’avenir de nos forêts
Par : SNAP Québec (Société pour la nature et les parcs du Canada)
La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP Québec) demande à Québec de prendre de plus grandes précautions dans son plan d'action sur l'utilisation de la biomasse forestière afin de ne pas hypothéquer la productivité des forêts et d'accentuer la pression sur les écosystèmes déjà essoufflés par l'exploitation forestière. L'envol de cette filière énergétique ne se fera que si des balises strictes de récolte évitent tout risque d'atteinte à la biodiversité, à la fertilité des sols et à leurs niveaux d'acidité.


Conséquences de la politique forestière française sur la biodiversité en Lorraine
Par : S.O.S. Forêts - Lorraine
Le collectif S.O.S. Forêts – Lorraine s’adresse au Commissaire européen à l’environnement, Monsieur Janez Potočnik, au sujet des impacts de la politique forestière française sur la biodiversité en Lorraine. Il rappelle les objectifs attendus d’ici 2020 en ce qui concerne la production de bois et le rapport Gaymard, du 28 juillet 2010, qui précise quelles actions mettre en place afin d’atteindre ce but (importants investissements en voirie forestière, mécanisation généralisée…). Or la Direction Technique et Commerciale « Bois » de l’ONF applique déjà ces mesures partout en France au détriment de la biodiversité qui peuple les forêts. La forêt lorraine est en effet un véritable réservoir européen et transfrontalier de biodiversité. Des préconisations, pour éviter la destruction des habitats et favoriser la préservation des espèces protégées, sont énoncées ici et respectent par ailleurs la réglementation française et européenne. En plus ...


L'utilisation durable de la biomasse forestière comme énergie -- Solutions et problèmes: politique, législation, certification, recommandations et lignes directives dans les pays nordiques, baltes et autres pays européens
Par : Stupak I.
"The substitution of biomass for fossil fuels in energy consumption is a measure to mitigate global warming, as well as having other advantages. Political action plans for increased use exist at both European and national levels. This paper briefly reviews the contents of recommendations, guidelines, and other synthesis publications on sustainable use of forestbiomass for energy. Topics are listed and an overview of advantages, disadvantages, and trade-offs between them is given, from the viewpoint of society in general and the forestry and energy sectors in particular. For the Nordic and Baltic countries, the paper also identifies the extent to which wood for energy is included in forest legislation and forest certification standards under the “Programme for the Endorsement of Forest Certification” (PEFC) and the “Forest Stewardship Council” (FSC) schemes. Energy and forest policies at EU and national levels, and European PEFC forest standards are analysed. With respect to ...


Garantir la gestion durable de la forêt dans le développement des biocarburants ligneux et de la bioénergie: les conséquences pour les politiques fédérales et gouvernementales
Par : The Heinz Center
Le Centre Heinz et l’Institut Pinchot ont organisé en février 2009 un échange sur les politiques liées à la bioénergie et celles relatives à la gestion et aux mesures forestières. Deux principaux sujets ont été abordés : les effets négatifs potentiels associés à la demande croissante de biomasse ligneuse pour la production de bioénergie ; et les manques et les échecs existant au sein du cadre législatif concernant le développement de la bioénergie forestière. Il est ressorti notamment que les politiques sur la bioénergie et les biocarburants au niveau national se contredisaient parfois ou étaient infondées. Enfin des recommandations ont été listées dans l’optique de valoriser les sources d’énergie à faible émission de carbone ou d’harmoniser les politiques traitant de la gestion forestière par exemple. Pour conclure, les participants ont convenu que le concept de « durabilité » dans ce cadre reste difficile à appréhender, et qu’il faut ...


La récolte de biomasse sur des sites de gestion forestière dans le Minnesota
Par : The Minnesota Forest Resources Council Biomass Harvesting Guideline Development Committee
Comment récolter la biomasse, tout en préservant la qualité de l’eau, la faune, la biodiversité, comment gérer la productivité des sols forestiers. Utilisation de la biomasse afin de réduire la consommation de carburant d’origine fossile. Comment gérer la régénération. Glossaire.


Arrêtez la Destruction des Forêts et des Terres pour la Bioénergie à base de Bois
Par : UICN (Union Internationale pour la Conservation de la Nature)
Certaines ONGs, des organisations de défense des peoples indigènes, ainsi que certains mouvements sociaux, se mobilisent ici pour dénoncer les conséquences néfastes de l’utilisation du bois des forêts à des fins énergétiques (bois-énergie et agrocarburants) et en appellent à l’Union européenne. En effet, cela a un impact direct sur la biodiversité forestière, le stockage du carbone, la fertilité des sols, et perturbe l’usage traditionnel et local de la biomasse par les peuples des pays en développement. Des zones entières sont désormais dédiées à des plantations d’arbres en monoculture pour la production de bioénergie. De plus, non seulement l’Union européenne importe de la bioénergie des Etats-Unis, mais en plus, elle est en concurrence avec ce pays. Si les agrocarburants de seconde génération font leur percée, alors la demande en bois sera encore plus grande. Les arbres génétiquement modifiés qui sont introduits représentent une menace de ...


Le bois mort, un attribut vital de la biodiversité de la forêt naturelle, une lacune des forêts gérées
Par : Vallauri D.
Le bois mort, par la diversité des micro-habitats qu’il offre, est une composante essentielle pour la conservation de la diversité et du fonctionnement de l’écosystème forestier. Il forme un compartiment clé de l’écosystème forestier naturel. Pour se rendre véritablement compte de l’appauvrissement induit par la gestion traditionnelle de la forêt sur ce compartiment, et en tirer des enseignements pour améliorer la gestion courante des forêts, nous nous proposons ici de faire une synthèse des données de la littérature scientifique, à la recherche d’une meilleure connaissance du compartiment bois mort dans les forêts de référence, les réserves intégrales tempérées (Europe et Amérique du nord pour l’essentiel). Que représente le compartiment bois mort dans une forêt naturelle ? Combien représente t-il de micro-habitats différents et d’espèces ? Combien y a t-il de mètres cubes de bois mort décomposé, de chablis ou de volis ? Comment ...


Evaluation des impacts de la récolte intensifiée de biomasse sur le bois mort dans les forêts européennes
Par : Verkerk P.J.
Deadwood is a key indicator for assessing policy and management impacts on forest biodiversity. We developed an approach to include deadwood in the large-scale European Forest Information Scenario (EFISCEN) model and analysed impacts of intensifying forest biomass removal on the amount and type of deadwood in forests of 24 European Union member states. In EFISCEN, deadwood consists of standing and downed deadwood, resulting from mortality, and stem residues from felling activities. To include deadwood in EFISCEN we developed mortality functions and re-estimated the model’s increment functions. Further, we modelled the development of standing deadwood. Decomposition of downed deadwood and stem residues was modelled through the soil model YASSO. We used the extended model to analyse the impacts of a baseline scenario (no policy changes, a moderate increase in wood removals and no extraction of residues) and a bio-energy scenario (an increase of wood and residue removals to the maximum ...



Ma boite de dialogue
GIP-Ecofor ©  |  Nous contacter  |  Alerte mail