Biomasse et biodiversité forestières
  • Les enjeux politiques, économiques et juridiques
  • Quel potentiel de récolte du bois pour quelles utilisations effectives ?
  • Quelle gestion forestière pour récolter plus ?
  • Comment préserver mieux tout en récoltant plus ?
  • L'analyse et le positionnement des acteurs.
  • Pourquoi préserver mieux ?
  • Quelles relations entre « récolter plus » et « préserver mieux » ?
  • Comment préserver mieux ?
82 résultats trouvés
Forêts européennes – conditions des écosystèmes et utilisation durable
Par : EEA (European Environment Agency)
Les forêts abritent la biodiversité, ou diversité biologique, qui peut être menacée par différents éléments. En effet, la récolte du bois dans les forêts nuit considérablement à la faune et la flore ; on peut citer l’impact sur la fertilité du sol par exemple, et donc sur la biodiversité qui y vit. Les forêts sont également de puissants puits de carbone. Par ailleurs, la forêt assure aux animaux un lieu pour leur habitat. C’est pourquoi la notion de gestion durable des forêts européennes est importante et certains programmes sont là pour le rappeler. Il manque cependant un outil de suivi et d’évaluation des forêts européennes qui permettrait de mieux cerner les problèmes. L’Europe se doit dans ce contexte de mettre en place des politiques forestières et des programmes de gestion pour arrêter la perte de la biodiversité


Le potentiel de bioénergie des forêts européennes compatible avec l'environnement
Par : EEA (European Environment Agency)
Aujourd’hui, la plupart des déchets forestiers (branches, bouts de bois…) sont laissés dans la forêt et la quantité de bois rond extrait pour d’autres usages est beaucoup moins importante que l’augmentation de la croissance de ce volume en Europe. Dans une étude « Contraintes écologiques pour l’utilisation de la biomasse forestière » présentée par la EEA, le potentiel de bioénergie des forêts européennes est évalué, en prenant en compte les contraintes environnementales. Il a été conclu qu’il existe un potentiel d’accroissement de l’utilisation des forêts pour la bioénergie en EU21 (EU25 sans Chypre, la Grèce, le Luxembourg et Malte) pour atteindre 46Mtoe (millions de tonnes de pétrole équivalent) en 2010, 45 Mtoe en 2020 et 59 Mtoe en 2030. La mise en œuvre de contraintes environnementales a résulté en une baisse de 40% du potentiel énergétique comparé au potentiel technologique estimé. Ce potentiel serait plus grand si on remettait les ...


Evaluation révisée des recommandations concernant la récolte et la préservation de la biomasse
Par : Evans A.M.
Avant de s’attarder sur les différentes recommandations en matière de récolte de la biomasse forestière, l’auteur définit cette dernière. Il justifie le choix de consacrer son rapport à ces recommandations par différents arguments. Aux Etats-Unis, des programmes existent déjà (BMP pour Best Management Practice) pour protéger la qualité de l’eau et les autres ressources naturelles lors d’interventions humaines diverses (construction de routes, reforestation…). En bref, des conseils sont énoncés ici afin de combler les manques qui pourraient subsister malgré les pratiques forestières déjà existantes. Il s’agit donc de faire la liste, région par région des Etats-Unis, des recommandations à suivre en matière de protection de la biodiversité, de qualité de l’eau, de productivité du sol, et de sylviculture. La politique et les recommandations concernant la biomasse sont ensuite passées en revue successivement pour les cas du Canada et de l’Europe du ...


Les forêts et l’énergie -- Questions principales
Par : FAO (Food and Agriculture Organization)
La présente publication décrit les impacts éventuels de la production bioénergétique sur les forêts et les possibilités offertes dans le cadre de la demande énergétique mondiale croissante. Les changements escomptés de l’offre mondiale d’énergie et le rôle des énergies renouvelables et de la dendroénergie à cet égard sont analysés à la section 2. La section 3 résume certains aspects de la production de bioénergie et la section 4 examine la contribution potentielle de l’énergie forestière à la consommation énergétique mondiale dans les années à venir. La section 5 étudie les répercussions que pourrait avoir sur les forêts une augmentation de la consommation bioénergétique et la section 6 présente des options de politique et des recommandations à la lumière des potentialités de la foresterie et des dangers qui la menacent.[résumé extrait du document]


Evaluer les impacts écologiques des projets de bioénergie
Par : Firbank L.G.
One of the major objectives of the current expansion in bioenergy cropping is to reduce global greenhouse gas emissions for environmental benefit. The cultivation of bioenergy and biofuel crops also affects biodiversity more directly, both positively and negatively. Ecological impact assessment methods for bioenergy projects (including changes to policy and land use) should address not simply changes to species abundance at field level, but include larger scale issues, including changes to landscape diversity, potential impacts to primary and secondary habitats and potential impacts on climate change. Such assessments require a correspondingly broad range of scientific methods, including modelling of climate and land use as well as the observation of biodiversity and landscape indicators. It is also possible to adopt evidence-based guidelines for good practice for situations where comprehensive assessments are not available. These might include favouring projects and policies that ...


Les rémanents forestiers : ressource économique mais surtout éléments essentiels à la pérennité forestière
Par : FNE (France Nature Environnement)
Après une définition des rémanents, FNE met l’accent sur le fait que ces déchets de bois sont une source d’énergie et, par conséquent, vont être exploités. Or cette gestion forestière va conduire à un appauvrissement des sols et à l’érosion de la biodiversité. FNE souligne que cette exploitation est d’ailleurs contreproductive dans la mesure où les rémanents présentent un pouvoir calorifique très faible et représentent la partie du sol la plus riche en éléments minéraux. Cela est donc contraire aux objectifs de développement durable énoncés par le Grenelle. Le bois raméal fragmenté (BRF) apparaît cependant comme une solution car l’apport de ces copeaux de bois aux sols leur rend la fertilité qu’ils perdent lors de l’exploitation ; cependant, cela nécessite d’en avoir suffisamment pour contrebalancer l’extraction des rémanents de la forêt.


Inquiétudes face aux projets de mobilisation du bois à des fins énergétiques
Par : FNE (France Nature Environnement)
Le 3 juin 2009, sur proposition de FNE, une rencontre entre le Ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche (Sous-direction forêt et Sous-direction biomasse), le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer (Direction énergie-climat et Sous-direction espaces naturels) et l’Agence De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (Département bioressources) a permis un échange sur la politique de valorisation énergétique de la biomasse forestière et sa mise en œuvre par le biais des appels d’offres et des études en cours.


Elaborer des systèmes de production de bioénergie forestière à faible impact
Par : Forest bioenergy
La récolte de la biomasse forestière ainsi que tout ce qui y est lié entraîne un appauvrissement des sols, des nuisances pour la biodiversité…et autres conséquences néfastes à l’environnement. Le but ici est de mettre en place des opérations à faible impact sur ce qui nous entoure tout en améliorant la productivité des écosystèmes forestiers. Sont ainsi présentés les découvertes scientifiques et les recommandations en matière de production de bioénergie dans un contexte de gestion durable de nos forêts. Une première partie s’attache à décrire les actions favorables ou non à la bonne santé des sols lorsqu’ils doivent subir la récolte de la biomasse ; dans un second temps, l’accent est mis sur le maintien, dans ces conditions, de la quantité et la qualité de l’eau au sein des paysages forestiers. Enfin, une troisième partie est focalisée sur la protection des habitats et la prospérité de certains peuplements, protégeant ainsi la biodiversité ...


Conserver les ressources génétiques forestières en France et en Europe : objectifs et méthodes
Par : François Lefèvre
"La commémoration des 20 ans de la Commission des Ressources Génétiques Forestières (CRGF) constitue l'occasion de dresser le bilan de son action et d'ouvrir de nouvelles perspectives dans le contexte du changement climatique. Le terme d'adaptation génétique désigne à la fois un état et un processus. L'adaptation comme processus réfère aux mécanismes d'évolution génétique permettant d'améliorer l'adéquation des combinaisons alléliques aux conditions environnementales. De ce fait, la gestion des RGF revêt deux dimensions : patrimoniale pour conserver les adaptations existantes et évolutive pour faciliter l’émergence de nouvelles adaptations. La politique nationale de conservation des RGF s'inscrit dans un contexte européen et mondial, en particulier dans le cadre du programme paneuropéen EUFORGEN. Elle s'appuie sur trois leviers d'action : i) prise en compte des RGF dans les pratiques courantes d'aménagement et de gestion ; ii) mise en place d’un réseau de ...


On connaît mieux maintenant le chêne liège et son voisin le chêne vert…
Par : Gauberville C.
Des travaux de génétique ont été menés sur le chêne vert et le chêne-liège dans différentes régions françaises où ces essences sont présentes. L’équipe de Génétique des populations végétales du Centre d’écologie fonctionnelle et évolutive de Montpellier (CEFE) s’est penchée sur les liens que ces deux espèces sclérophylles méditerranéennes pouvaient avoir tissés au cours des quelques milliers d’années qui viennent de s’écouler. On savait déjà que ces deux espèces, bien que génétiquement éloignées, pouvaient s’hybrider (2) et s’introgresser (3) quand elles étaient en mélange et, empiriquement, cette possibilité était connue des producteurs de liège qui éliminaient les chênes vert et les hybrides entre ces deux espèces dans les régions de production intensive (les hybrides ne donnent pas de liège et sont parfois difficiles à détecter). Qu’en était-il réellement dans les régions où les deux espèces sont présentes ? Ces ...


L’état et les enjeux de biodiversité forestière en France (Chapitre 6 de l'étude BIO2 Biomasse et biodiversité forestières)
Par : Gosselin F.
A la demande du ministère de l’écologie, cette étude a été réalisée dans le but de faire un état de l’art des relations entre biomasse forestière et biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre de l’accord de 2007 (Grenelle de l’environnement) entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ». L’objectif de l’étude est de faire émerger les conséquences d’une utilisation accrue de biomasse forestière sur la biodiversité forestière et les ressources naturelles à court et moyen terme (2030-2050). Après avoir défini la biodiversité ou « diversité biologique », les auteurs se proposent, dans ce sixième chapitre, de distinguer trois types ...


L’évolution des pratiques d’exploitation forestière pourrait bénéficier « à la biodiversité » -- Réflexions scientifiques autour du guide de reconstitution de l’ONF, suite à la tempête
Par : Gosselin F.
Comment l’évolution des pratiques de gestion des exploitations forestières peut-elle favoriser la biodiversité ? En s’appuyant sur leur analyse du Guide de reconstitution des forêts (2001) édité par l'ONF après la tempête de 1999, les auteurs expliquent ici l’intérêt du maintien de sur-réserves et de houppiers non démembrés pour réduire les effets néfastes des coupes de grande taille sur les espèces forestières ; ils mettent aussi en perspective l’application de ces nouvelles pratiques pour les exploitations futures.


Mieux intégrer la biodiversité dans la gestion forestière
Par : Gosselin M.
Ce guide rassemble des informations pratiques pour encourager et faciliter la prise en compte de la biodiversité dans la gestion des forêts françaises métropolitaines. Construit sur une solide bibliographie scientifique (cf. bibliographie en fin d'introduction), il est destiné tout d'abord aux gestionnaires et aux professionnels de la forêt et de l’environnement : ils y trouveront de quoi enrichir leurs pratiques de gestion et alimenter leurs documents de conseil, formation et vulgarisation à destination des propriétaires publics et privés. Les propriétaires forestiers pourront aussi y trouver des éclairages utiles sur la manière de mieux prendre en compte l’écologie dans la gestion de leur forêt.


Impact de la production de biomasse sur la biodiversité dans les taillis à très courte rotation (Chapitre 9 de l'étude BIO 2 Biomasse et biodiversité forestières)
Par : Gosselin M.
A la demande du ministère de l’écologie, cette étude a été réalisée dans le but de faire un état de l’art des relations entre biomasse forestière et biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre de l’accord de 2007 (Grenelle de l’environnement) entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ». L’objectif de l’étude est de faire émerger les conséquences d’une utilisation accrue de biomasse forestière sur la biodiversité forestière et les ressources naturelles à court et moyen terme (2030-2050). Ce chapitre 9 débute en rappelant la définition des TCR, qui ne seront pas abordés ici par manque d’informations, et des TTCR. La présente ...


Biodiversité et gestion forestière. Connaître pour préserver -- Synthèse bibliographique et premières recommandations
Par : Gosselin M.
Cette étude bibliographique dresse le bilan des connaissances sur la biodiversité et la gestion forestière. La première partie propose une synthèse sur la biodiversité : qu'est-ce que la biodiversité ? Comment la quantifier ? Quid de la biodiversité en forêt ? Ensuite, huit fiches thématiques traitent plus particulièrement de la gestion et de ses impacts sur la biodiversité interspécifique des insectes, des oiseaux et de la flore. Cet ouvrage s'adresse à un large public de gestionnaires d'espaces naturels, de responsables chargés d'environnement et d'aménagement du territoire, d'enseignants, de chercheurs et d'étudiants. Il est accompagné d'un CD contenant une version plus détaillée permettant au lecteur d'approfondir les aspects scientifiques et d'accéder à plus de références.


La prise en compte de la biodiversité dans la recherche de l'optimum en gestion forestière : des évaluations économiques pour décider ?
Par : Jean-Philippe Terreaux et Romain Pirard
"En résumé, il est difficile de définir précisément la biodiversité, avec un problème complémentaire de mesure ; il est compliqué aussi de définir la valeur. La durabilité est elle aussi un problème complexe. On comprend ainsi pourquoi il n’est pas aisé de mesurer la valeur de la biodiversité pour l’intégrer dans des outils de gestion durable de la forêt, dans le cadre de leur intérêt économique, social et environnemental ; ce qui reste nécessaire à la fois pour la mise en place d’outils efficaces pour la préservation, et aussi pour plus d’objectivité dans les décisions."[Résumé de l'article]


La préservation de la biodiversité dans les forêts boréales: Période de rotation optimale et volume d'îlots de scénescence
Par : Koskela E.
This paper examines the economics of biodiversity conservation at the stand level. We extend the Hartman model to take into account green tree retention as a means of creating new structural elements of old and decaying wood, capable of supporting variety of species, in commercial forests. In this framework we first characterize qualitatively the socially optimal choice of harvest volume and rotation age, and their dependence on exogenous parameters. We then assess empirically the optimal volume of retention trees and optimal rotation ages in a simulation model calibrated to Finnish forestry for pine. We find that biodiversity conservation may increase the socially optimal rotation age far beyond the Faustmann rotation age. The optimal volume of retention trees is, naturally, sensitive to timber price and biodiversity valuation being about ten cubic meters per hectare under Finnish biodiversity valuation estimates and current timber prices.


BIO 2 Biomasse et biodiversité forestières -- Augmentation de l’utilisation de la biomasse forestière : implications pour la biodiversité et les ressources naturelles
Par : Landmann G.
A la demande du ministère de l’écologie, cette étude a été réalisée dans le but de faire un état de l’art des relations entre biomasse forestière et biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre de l’accord de 2007 (Grenelle de l’environnement) entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ». L’objectif de l’étude est de faire émerger les conséquences d’une utilisation accrue de biomasse forestière sur la biodiversité forestière et les ressources naturelles à court et moyen terme (2030-2050).


Enjeux et problématique – Objectifs et démarche de l’étude (Chapitre 1 de l'étude BIO 2 Biomasse et biodiversité forestières)
Par : Landmann G.
A la demande du ministère de l’écologie, cette étude a été réalisée dans le but de faire un état de l’art des relations entre biomasse forestière et biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre de l’accord de 2007 (Grenelle de l’environnement) entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ». L’objectif de l’étude est de faire émerger les conséquences d’une utilisation accrue de biomasse forestière sur la biodiversité forestière et les ressources naturelles à court et moyen terme (2030-2050). Le présent chapitre pose les bases sur lesquelles repose cette étude, en recontextualisant celle-ci (objectifs fixés à l’horizon 20 ...


Utilisation de la biomasse forestière, biodiversité et ressources naturelles : synthèse et pistes d’approfondissement (Chapitre 16 de l'étude BIO 2 Biomasse et biodiversité forestières)
Par : Landmann G.
A la demande du ministère de l’écologie, cette étude a été réalisée dans le but de faire un état de l’art des relations entre biomasse forestière et biodiversité. Elle s’inscrit dans le cadre de l’accord de 2007 (Grenelle de l’environnement) entre la Fédération France Nature Environnement, la Fédération nationale des Communes forestières, l’Office national des Forêts et la Fédération Forestiers privés de France sur le thème « Produire plus de bois tout en préservant mieux la biodiversité ; une démarche territoriale concertée dans le respect de la gestion multifonctionnelle des forêts ». L’objectif de l’étude est de faire émerger les conséquences d’une utilisation accrue de biomasse forestière sur la biodiversité forestière et les ressources naturelles à court et moyen terme (2030-2050). L’étude a abordé successivement les aspects suivants (chapitre 1, figure 2) : - le contexte et les perspectives d’utilisation de la biomasse ...



Ma boite de dialogue
GIP-Ecofor ©  |  Nous contacter  |  Alerte mail