Biomasse et biodiversité forestières
  • Les enjeux politiques, économiques et juridiques
  • Quel potentiel de récolte du bois pour quelles utilisations effectives ?
  • Quelle gestion forestière pour récolter plus ?
  • Comment préserver mieux tout en récoltant plus ?
  • L'analyse et le positionnement des acteurs.
  • Organisation de la filière graines et plants
  • Pratiques/orientations sylvicoles
  • Evolution des politiques territoriales
  • Production de biomasse à des fins de gestion des risques et des milieux
61 résultats trouvés
Position en réponse au discours d’Urmatt élaborée en Assemblée le 28 août 2009
Par : Union Régionale des Syndicats de Propriétaires Forestiers et Sylviculteurs de Provence Alpes Côte d’Azur
Le terme de sous exploitation évoqué dans le discours du Président de la République véhicule une connotation négative pour les forestiers et plus particulièrement les forestiers privés. Il n’y a plus en France de politique forte de la forêt et du bois d’où une perte des savoirs-faires depuis deux générations et la nécessité de faire appel aux importations. Le coût de la main-d’œuvre est un facteur aggravant. Un rappel historique de l’exploitation forestière est exposé. La vente du bois devra être économiquement rentable : priorité à la reconquête du marché. Il faudra revoir l’infrastructure routière et le matériel forestier mis à disposition. Pour le bois-énergie, il faudra revoir le prix des matériels de chauffage et les incitations fiscales. Pour le bois d’œuvre, les savoirs-faires ont pratiquement disparu et il faudra rattraper le retard. Pour le bois construction, il faudrait l’imposer aux collectivités.



Ma boite de dialogue
GIP-Ecofor ©  |  Nous contacter  |  Alerte mail